Séance d’échanges sur l’intelligence collective avec le staff du Burkina Faso. Crédit photo : PNUD/Burkina Faso

Le Laboratoire d’Accélération (AccLab) est une initiative pour accélérer l’apprentissage en renforçant les capacités des bureaux, en analysant la pertinence des interventions de sorte à développer des solutions innovantes. En mettant l’accent sur l’innovation, le PNUD veut changer sa manière de penser, de mettre en œuvre ses programmes et projets, d’investir et de gérer pour plus d’efficacité et d’efficience. L’apprentissage actif en est un élément clé, apprendre de notre travail quotidien, détecter des solutions pratiques, porteuses et à même de subvenir aux besoins essentiels des populations de sorte à ne « ne laisser personne de côté ».

Le laboratoire va davantage s’appesantir sur les points de blocage sur lesquelles il faut conduire des actions afin d’avoir des effets multiplicateurs et de toucher le plus de personnes et notamment les femmes et les jeunes.

 

Dans le processus de mise en œuvre, un plan d’actions de 100 jours a été élaboré et exécuté dans les pays et laboratoires concernés. C’est ainsi que l’équipe d AccLab organisé un « Brown Bag Lunch » (BBL) dans le but de mener un exercice d’intelligence collective sur l’ODD 8 portant sur le Travail décent et la croissance économique. Le BBL est une initiative visant à partager des connaissances en permettant à un expert ou des experts de venir parler d’un sujet technique, à midi, dans une entreprise demandeuse ou intéressée, en partageant un léger repas.


Le BBL a consisté en une présentation des actions entreprises et des résultats obtenus grâce à l’approche du Lab. Il a été aussi l’occasion pour l’équipe de AccLab Burkina de dérouler un des outils du Lab à savoir l’intelligence collective.

 

L’intelligence collective désigne la capacité d'une communauté à faire converger intelligence et connaissances pour avancer vers un but commun. Elle résulte de la qualité des interactions entre ses membres. « On est plus intelligent ensemble qu’en agissant de manière solitaire ». Il s’agit d’une étape dans le processus d’appropriation du concept du laboratoire.

 

Le staff du bureau est bien intéressé au Lab et ses centres d’intérêt concernent le thème choisi pour les 100 premiers jours du Lab, le choix de la zone d’intervention du laboratoire, le type de partenariat, l’appropriation et la propriété intellectuelle.

Ainsi, le Lab du Burkina qui compte travailler sur l’insertion socioprofessionnelle des jeunes dans la région du Centre Nord en s’adossant sur le projet « Gestion pacifique des conflits » de l’Equipe Résilience a entrepris des actions sur le terrain. En effet l’équipe Lab accompagnée par un collègue du Programme Résilience a rencontré les autorités locales et administratives de la région ainsi que les ONG et les OSC intéressés par le thème pour une introduction de l’approche du Lab.

La mise en place d’un réseau de soixante bureaux pilotes comme (60) laboratoires (Lab) à travers le monde dont 34 pour la région Afrique, permet d’apprendre des autres laboratoires et d’aller plus vite. La démarche de AccLab se veut être la « levure » des projets et programmes pour accélérer le progrès vers l’atteinte des cibles des 17 ODD. C’est un cycle d’apprentissage en quatre (4) étapes à savoir : (i) le sensemaking et l’exploration, (ii) la cartographie des solutions, (iii) l’expérimentation et (iv)la mise à l’échelle.

 

En perspective, l’équipe du Lab, avec l’appui des collègues du programme et du gouvernement poursuivra ses actions avec un atelier de « Sensemaking » pour identifier les obstacles majeurs à l’insertion socioprofessionnelle des jeunes vulnérables et identifier des solutions locales avec les acteurs à la base.

Qu’en est -il chez vous ?

Quels sont les obstacles majeurs à l’insertion socioprofessionnelle des jeunes vulnérables ?

Partager vos solutions locales avec nous…--- Article text goes here ---

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burkina Faso 
Aller à PNUD Global