Etudiants de l'Institut Supérieur du Génie Electrique. Crédit photo : PNUD/Burkina

S’il y a bien une leçon que nous devons retenir de la pandémie à corona virus est qu’elle nous aurait révélé à travers le monde la capacité des hommes et des femmes à être solidaires face à ce défi commun. En effet, différentes solutions possibles allant du gel hydro alcoolique aux respirateurs artificiels et divers autres services spécifiques ont été développés pour freiner la propagation du virus dans le monde.  Au Burkina Faso plusieurs initiatives individuelles et collectives ont été déployées notamment par les jeunes universitaires des écoles techniques.

Sont de ceux-là les étudiants de l’Institut Supérieur de Génie Electrique du Burkina Faso (ISGE-BF) qui est un établissement supérieur d’enseignement technique et professionnel créé à l’initiative de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso. Il forme des Techniciens Supérieurs (bac+2), des Ingénieurs de Travaux (bac+3) et des Ingénieurs de Conception (bac+5) dans la maitrise de l’Electricité Industrielle et des Energies Renouvelables, des Réseaux Informatiques et Télécommunications et de la Maintenance Industrielle. Il répond ainsi aux besoins des entreprises opérant sur le continent africain en termes de ressources humaines hautement qualifiées et immédiatement opérationnelles dans ces domaines.

Depuis l’identification des premiers cas de COVID 19 au Burkina Faso le 09 Mars 2020, les étudiants de cet Institut se sont fortement mobilisés pour spontanément faire éclore leur génie par la réalisation de plusieurs solutions innovantes pour barrer la route à la maladie à coronavirus. Deux groupes d’étudiants, tous du cycle d’ingénieurs de conception ont réalisé trois projets : un respirateur artificiel, un tunnel de désinfection intelligent et un lave main automatique.

Le respirateur artificiel made in Burkina

Réalisé par trois étudiants de l’ISGE, le respirateur artificiel made in Burkina est un dispositif médical électrique, qui aide les patients présentant des troubles respiratoires à mieux respirer. En effet, la plupart des patients atteints de formes sévères de COVID-19 développent une insuffisance ou une détresse respiratoire d’où l’importance de cet appareil médical qui offre une assistance respiratoire aux patients en remplaçant l'effet mécanique de la respiration : inspirer, expirer.

Confectionné à partir de matériaux locaux et de pièces d’automobiles recyclées, il est alimenté par un moteur 12V 8A, et dispose d’un dimmer (un commutateur) qui permet de varier l’intensité afin de pouvoir moduler certains paramètres tels que la pression, la fréquence respiratoire, la période de respiration, etc.

En avril 2020, dans le cadre du concours « Innov’Challenge Covid19 » organisé par le Ministère du Développement de l’Economie Numérique et des Postes avec l’appui technique et financier du PNUD et de l’UNCDF, cette innovation a été retenue lauréate. Elle a déjà reçu l’approbation du conseil scientifique du comité de lutte contre la Covid-19 au Burkina Faso. Grâce à l’appui financier de 10 000 dollars américains reçu à travers le PNUD, une version plus peaufinée de cette innovation selon les normes standards sera bientôt disponible sur le marché burkinabè à un prix social.

Le tunnel intelligent de désinfection corporelle

Le tunnel intelligent de désinfection corporelle est une deuxième réalisation du même groupe d’étudiants (promoteurs du respirateur artificiel made in Burkina). Il s’agit d’un dispositif qui permet d’assurer à toute personne qui le traverse une élimination des agents pathogènes (en particulier le COVID-19) sur tout le corps.

 A travers un système sprinkler d’aspersion automatique, le passage dans ce tunnel désinfecte en un laps de temps à un très fort pourcentage les habits, chaussures, cheveux et objets divers.

Au regard de sa rapidité de traitement, son utilité pourrait être grande devant les entrées des lieux publics comme les hôpitaux, les marchés, les écoles, les lieux de cultes, etc.

Le lave-main automatique dénommé Wapek

Le troisième projet est un lave-main automatique « Wapek » (dérivé du Mooré qui littéralement veut dire « viens laver ») est réalisé par un autre groupe d’étudiant du même institut. Ce dispositif est doté d’un distributeur automatique de savon liquide, de l’eau et un séchoir. Le but est de se laver et sécher les mains sans toucher à quoi que ce soit.

Au regard de ces résultats enregistrés, l’ISGE-BF envisage la concrétisation de la mise en place son incubateur d’ici la rentrée 2020-2021 pour accompagner les étudiants dans leur élan d’innovation. Ces derniers n’ayant besoin que d’espace pour s’exprimer et se développer.

L’appel d’engagement est donc lancé aux pouvoirs publics, aux partenaires de l’ISGE-BF, aux partenaires techniques et financiers et aux grandes entreprises pour soutenir la mise en place de ce cadre d’accompagnement de l’innovation des étudiants et par là contribuer à la création d’emploi pour les jeunes.

Élément de respirateur, tunnel de désinfection, lave-mains automatique. Crédit photo : Montage PNUD/Burkina

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burkina Faso 
Aller à PNUD Global