Célérité et transparence des marchés publics : le Burkina Faso dématérialise le processus

21 déc. 2017

Mme Metsi Makhetha, Représentante Résidente du PNUD remettant un certificat à un bénéficiaire. Crédit photo : PNUD/Burkina

Le Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID) et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), ont lancé officiellement la dématérialisation des marchés publics.

La dématérialisation est définie comme étant la création, l’échange, l’envoi, la réception ou la conservation d’informations ou de documents par des moyens électroniques ou optiques.

Le Gouvernement du Burkina Faso a engagé une réforme des procédures de passation des marchés publics par l’introduction des outils informatiques.  Cette aspiration vise une plus grande transparence, une réduction des coûts et tient compte des aspects environnementaux. C’est dans ce cadre que le Burkina Faso a décidé de mettre en œuvre un processus incrémental de dématérialisation intégral des marchés publics.

Il s’agit d’un système 100% dématérialisé qui donne une traçabilité complète de tout le processus de passation des marchés publics allant de la publication des marchés à la conclusion et le suivi des contrats. Il permet d’avoir une grande transparence en ce sens que les entreprises suivent la trace des dossiers, une efficacité avec la réduction des délais, des coûts et des litiges, enfin, une équité car le désavantage dû à la distance physique disparaitra.

La dématérialisation de la passation des marchés publics qui en anglais est décrite par le concept de « e-procurement » a été mise en œuvre par des pays comme le Singapour déjà dans les années 90. D’autres pays comme le Rwanda sont très avancés dans cette direction. Aussi dans la sous-région des pays comme le Sénégal ou la Côte d’ivoire se trouvent à des stades différents de la mise en œuvre sans pourtant avoir dématérialisé complètement toutes les étapes de la passation des marchés publics. La démarche du Burkina Faso s’inscrit donc dans un mouvement plus large.

Les principaux avantages de la dématérialisation de la passation des marchés publics peuvent être résumés en cinq points : une augmentation de la transparence, une réduction des litiges, une réduction des coûts, une réduction des délais dans la passation des marchés publics et une plus grande équité.

Le PNUD est engagé aux côtés du Gouvernement à travers le Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement en vue de contribuer à la dynamique de la réflexion sur la recherche de solutions de l’accélération de la mise en œuvre des programmes et projets de développement. C’est pourquoi la Représentante Résidente du PNUD a réaffirmé la détermination de son organisation à accompagner le MINEFID pour la formalisation d’une équipe technique, l’élaboration d’un plan de mise en œuvre de la solution et la conception d’un plan de formation des utilisateurs.

Pour Madame le Ministre de l’Économie des Finances et du Développement, le Burkina Faso exploitera toutes les possibilités offertes par les Technologies de l’Information et de la Communication, pour améliorer les processus de travail pour une bonne exécution des projets et programmes et partant, de mieux répondre aux attentes des populations.

La cérémonie de lancement de la dématérialisation des marchés publics, a été aussi l’occasion pour la remise de certificats de réussite à la première promotion de 32 agents des directions des marchés publics des ministères qui ont été formés en octobre 2016 grâce à un partenariat entre le PNUD et Chartered Institute of Purchasing and Supply (CIPS) aux normes internationales de passation des marchés. Il y a également eu la remise officielle d’équipements et outils informatiques d’un coût de plus de 300.000 USD, soit plus de 165 millions de F.CFA, afin de répondre aux besoins des acteurs des marchés publics.

La dématérialisation intégrale des marchés publics permettra une soumission électronique à 100% des dossiers d’appel d’offre ouverts, réduisant ainsi le nombre total des litiges et les coûts et favorisant l’accélération des décaissements de l’Etat.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burkina Faso 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe