Passation des marches : une formation certifiante des acteurs de la commande publique pour mieux accélérer le processus

16 mai 2017

Photo de famille des formateurs et des participants. Crédit photo : PNUD/Burkina

Le PNUD a organisé un atelier de formation certifiante des acteurs de la passation des marchés à la requête du Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement, du 16 au 19 mai 2017.

Cette formation fait suite à la mission diagnostic des goulots d’étranglement à l’absorption du budget de l’Etat et des ressources des partenaires allouées aux projets et programmes de développement qui a permis d’établir une feuille de route adoptée par le Gouvernement.  Elle fait suite également à la première formation tenue du 04 au 07 octobre 2016.

L’objectif de cette formation est de développer les capacités nécessaires des personnes participant aux achats de mener à bien de manière économique les achats de biens, services et travaux conformément aux règles et règlements financiers ainsi qu’aux procédures et principes communément reconnus. Cette deuxième session de Ouagadougou a regroupé plusieurs ministères (environ 25) ainsi que l’Autorité de Régulation de la Commande Publique (ARCOP).

L’atelier a été animé par deux experts de l’institut du PNUD chargé de la certification en marchés publics. Les capacités des participants ont été évaluées sur tous les aspects couverts par le cours et ils se sont vus attribués le « Certificat d’initiation aux marchés publics ». Il s’agit des aspects de (i) planification dans le cadre du processus d’achats ; (ii) méthodes de gestion et de planification des risques liés aux achats; (iii) élaboration et examen des spécifications des achats; (iv) utilisation des méthodes d’achats appropriées à la situation; (v) identification, évaluation et utilisation des sources d’approvisionnement efficaces; (vi) processus d’appel et de réception des offres; (vii) évaluation, sélection et négociation des offres émanant des fournisseurs ; (viii) attribution et gestion des marchés et (ix) éthique et intégrité en matière d’achats.

Les formateurs ont apprécié le professionnalisme et l’engagement participatif des professionnels des marchés publics. « Je pense qu’ils sont dorénavant suffisamment outillés en matière d’études des marchés, de l’identification des fournisseurs et de la gestion des litiges pour ne citer que ces exemples. » dira Monsieur Richard Lelievre.

Monsieur Moïse Bakoroba de l’ARCOP, bénéficiaire de la formation, a apprécié le côté très pratique qui selon lui a été la « valeur ajoutée » de cette formation. « Nous avons pu apprendre les règles et procédures répondant aux standards internationaux et comment les appliquer de manière efficace au contexte du Burkina Faso. »

Le PNUD est engagé aux côtés du Gouvernement à travers le Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement en vue de contribuer à la dynamique de la réflexion sur la recherche de solutions pour l’accélération de la mise en œuvre des programmes et projets de développement.

Pour Madame OUOBA/KABORÉ Aminata, en activité à la Direction des Marchés Publics du Ministère de l’Économie des Finances et du Développement (MINEFID) et bénéficiaire de la présente formation, la mise en œuvre de ces procédures de gestion des marchés publics répondant aux normes internationales, sera une réalité au Burkina Faso s’il y a une forte volonté politique. « Étant donné que l’initiative de cette formation émane du gouvernement, nous pouvons donc dire que nous sommes en bonne voie pour une amélioration dans l’application des procédures de gestion des marchés publics au Burkina Faso. »

A l’issue de la formation, les processus de passation des marchés pourront être menés avec célérité, dans la transparence, l’éthique, l’efficience et avec une ségrégation des tâches entre les différents acteurs. On observera donc une réduction considérable des délais et une grande capacité d’absorption des crédits octroyés.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burkina Faso 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe