Lutte contre la pauvreté : Sita et Naïma aux petits soins de leur bijou

Des moteurs diesels changent la vie des femmes au Burkina Faso
Deux femmes font l'entretien de leur moteur. Crédit PNUD

Pendant longtemps, Mme Sanou Sita de Kouentou, une localité située à 26 km au nord de Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du Burkina Faso, a dû faire face à des conditions de vie et de travail précaires.

Mais en février 2010, l'installation d'une plateforme multifonctionnelle composée d'un moteur diesel qui leur sert de générateur pour s’éclairer, pomper l’eau aux puits, décortiquer les céréales ou charger les piles des téléphones, a changé sa vie.

« Depuis que cette unité magique, a été installée, nos vies ont totalement changé", témoignent Mesdames Sanou Naïma et Sanou Sita, toutes deux meunières.

A retenir

  • Le gain de temps journalier de 2h permet aux femmes de s’adonner à d’autres activités génératrices de revenus.
  • Plus de 1115 plateformes sont installées sur le territoire national.
  • A ce jour, plus de 600 000 personnes dans 441 localités ont bénéficié de l’implantation des plateformes dans les zones rurales.
  • Près de 200 millions de Francs CFA en chiffre d’affaire (environ 415 000 dollars) par an sont réalisés par les femmes gestionnaires des plateformes.

Mme Sanou Sita est mariée et mère de 4 enfants dont 3 scolarisés. "Avant ce projet, je souffrais le martyr ; je broyais le grain à la meule traditionnelle, faisais la corvée d'eau avant de préparer le repas pour mon mari qui était au champ. J'arrivais toujours tard avec beaucoup de conséquences fâcheuses" dit-elle. "De nos jours, grâce à la PTFM, la même activité est menée trois fois plus vite, ce qui me permet de faire d'autres tâches".

Le financement du programme  Plateforme Multifonctionnelle pour la Lutte contre la pauvreté est assuré par l'Etat Burkinabè, le PNUD, la Coopération Luxembourgeoise, la Fondation Melinda et Bill Gates ainsi que par l'apport des groupements de femmes bénéficiaires. La plateforme permet un allègement conséquent des tâches d'où un gain de temps pour des activités génératrices de revenus ainsi que des activités récréatives et associatives, choses impossibles par le passé.

En plus des services classiques de mouture et décorticage de céréales, le broyage d'amandes de karité, il y a la charge de téléphones cellulaires et de batteries accumulateurs. La charge de cellulaire coûte 75 FCFA et celle de batterie coûte 200 et 300 FCFA selon la taille.

On note également la promotion des filières manioc et fonio qui sont nouvelles dans le village. Les femmes bénéficient d’un encadrement de la part de techniciens en agriculture.

La formation des femmes pour transformer le manioc permet d'avoir plusieurs variétés de mets et de produits comme l’attiéké, le placali, le gari, le gomi, qui ne pouvaient être obtenus que dans les pays côtiers. Ils sont vendus sur place ou dans les marchés environnant et permettent non seulement de varier les repas mais aussi et surtout d’obtenir plus de revenus.

La gestion de la plateforme est confiée au groupement de femmes l'Union de GVF "Benkadi" qui en est le promoteur et qui a pour partenaires l'OCADES Bobo, la Mission Catholique et la Caisse Populaire.

La Cellule d'Appui Conseil (CAC) effectue les tâches opérationnelles comprenant la sensibilisation, l'installation et la maintenance des équipements, le suivi des plateformes sur le terrain, la formation et l'appui conseil des différents acteurs. Pour Assita Sanou, un tube d'huile en main (voir image ci-dessus),  "c'est un plaisir pour moi de prendre soin du moteur pour le rôle important qu'il a joué dans l'épanouissement des femmes de Kouentou".

En termes de perspectives, le projet compte expérimenter les PTFM mixtes (solaire et gasoil). 44 villages ont reçu des plateformes dans deux régions (Hauts Bassins et Cascades) et cinq provinces (Houet, Kénédougou, Tuy, Comoé et Léraba). Le Burkina Faso compte 13 régions et 45 provinces. Sur l'ensemble du territoire, on dénombre 1115 plateformes.  Au niveau national, on dénombre plus de 600 000 bénéficiaires.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burkina Faso 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe