Vers la prise en compte des besoins spécifiques des populations clés dans les stratégies communales de riposte au sida

Repas communautaire
Une repas communautaire dans le Boulgou. Crédit Giacomo/PNUD

Conformément à la division de travail de l’ONUSIDA organisant la contribution des agences des Nations Unies co-sponsors à la riposte au sida, l’un des rôles du PNUD est axé sur le renforcement des interventions en faveur des hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (HSH), des transsexuels et des travailleurs et travailleuses de sexe (TS), considérés comme étant des populations clés présentant un risque plus élevé d’exposition au VIH.

Le rôle du PNUD vise aussi à promouvoir la question de l’égalité de genre et à lutter contre les discriminations et les stigmatisations dont sont victimes ces populations, ce qui impacte négativement leur accès à la prévention, au traitement et aux soins. Cette situation peut contribuer à aggraver la propagation du VIH.

A retenir :

  • Les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, les transsexuels et les travailleurs et travailleuses de sexe font partie des populations clés présentant un risque plus élevé d’exposition au VIH.
  • Au Burkina Faso, le premier axe du Cadre stratégique de lutte contre le sida et les infections sexuellement transmissibles de 2011-2015 inclut la prévention auprès des populations clés.
  • Le plan d’action « Ville, VIH et diversité sexuelle » 2013-2015 préparé sous le leadership de la commune de Ouagadougou inclut des interventions spécifiques auprès des populations clés.

Au Burkina Faso, le PNUD appuie la mise en œuvre de l’initiative « Ville, VIH et diversité sexuelle » qui vise l’intégration des services VIH dans la stratégie municipale en vue de la réduction de la vulnérabilité des populations clés, et l’amélioration de leur accès à la prévention, au traitement et à la prise en charge en lien avec le VIH. Cette initiative s’inscrit en droite ligne avec les orientations du Cadre stratégique de lutte contre le sida et les infections sexuellement transmissibles de 2011-2015, qui dans son premier axe, prend en compte la prévention auprès des populations clés.

 

C’est dans le cadre de cette initiative, et en vue de contribuer au renforcement des interventions en faveur des hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (HSH) et des travailleurs et travailleuses de sexe (TS) dans la commune de Ouagadougou qu’a été réalisée une analyse situationnelle. Cette étude a permis de documenter les besoins de ces populations en lien avec les services de prévention, de soins et de traitement liés au VIH, en analysant les données existantes sur l’épidémiologie du VIH et l’accès à ces services. L’étude, réalisée avec l’appui du Bureau des politiques de développement - groupe de pratique VIH du PNUD, le Bureau Pays du PNUD au Burkina Faso et le Programme d’appui au monde associatif et communautaire (PAMAC) en étroite concertation avec l’équipe conjointe des Nations Unies sur le sida, la Commune de Ouagadougou ainsi que les représentants des populations clés, a également permis d’apprécier la réalité de l’accès des populations clés à la justice ainsi que les facteurs qui augmentent leur vulnérabilité par rapport au VIH.

Les résultats de cette étude ont permis de mettre en évidence de nombreuses insuffisances quand à la prise en compte des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes et des travailleurs et travailleuses de sexe dans les interventions de riposte au sida au niveau de la commune de Ouagadougou. Parmi les principaux résultats, il ressort i)   L’insuffisance de la protection sociale et juridique des populations clés ;  ii) La persistance des pratiques de stigmatisation et de discrimination envers les personnes infectées et affectées à l'échelon familial, communautaire et sur les lieux de travail, iii) Une absence de paquet minimum d’activités de sensibilisation et de prise en charge du VIH et des IST définies pour les interventions au profit des TS et des HSH, et iv) Une insuffisance des ressources pour la mise en œuvre des interventions en faveur des populations clés dans la commune de Ouagadougou.

En se basant sur les résultats de cette analyse situationnelle, un plan d’action communal de riposte au sida pour la période 2013-2015, prenant notamment en compte les besoins spécifiques des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes et des travailleuses de sexe, a été élaboré avec toutes les parties concernées et adopté lors d’une réunion du Conseil municipal.

Le plan d’action communal a objectif de contribuer à la réduction de l’incidence du VIH dans la commune de Ouagadougou, aussi bien dans la population générale, qu’au sein des populations clés présentant un risque plus élevé d’exposition au VIH. Il vise notamment le renforcement des capacités techniques et organisationnelles des intervenants (conseillers municipaux, membres des comités d’arrondissement, membres des comités villageois, agents de santé, membres des organisations à base communautaire), en lien avec la planification, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des interventions sur le terrain.