La piste centrale de la réserve réhabilitée pour une meilleure accessibilité du parc W

Un des 14 radiers réalisés sur la piste centrale. Crédit Photo : PNUD Burkina Faso

La circulation dans le complexe de manière générale et dans les aires protégées de façon spécifique se fait à travers des pistes internes. Ces pistes jouent trois fonctions essentielles que sont : la protection, le suivi écologique et la valorisation. Malheureusement, l’état de dégradation de ces pistes ne permet pas l’accès des sites sensibles et/ou d’intérêts en toute saison en raison des nombreux passages difficiles.

Le Programme d’Appui aux Parcs de l’Entente qui est un programme sous régional regroupant le Bénin, le Burkina Faso et le Niger, a pour objectif entre autres, de contribuer à la conservation de la diversité biologique et aux services écosystémiques du complexe WAP (Parcs du W, de l’Arly et de la Pendjari). Il s’agit d’assurer une gestion efficace de ces aires protégées à travers les investissements à l’intérieur du parc (aménagements des points d’eau, aménagement du réseau de pistes, renforcement du dispositif de surveillance, lutte anti braconnage et suivi écologique).

Dans la perspective de contribuer à la résolution de cette problématique, une attention a été accordée à l’aménagement des pistes. Ainsi, la piste régionale située dans le parc d’Arly longue de 25 kilomètres (km) a-t-elle été aménagée. Elle permet la jonction avec le parc de la Pendjari au Bénin traduisant ainsi la vision de régionalité du PAPE.

A retenir

  • Le complexe WAP est constitué par les parcs du W du Bénin, du Burkina Faso et du Niger, le parc de l’Arly au Burkina Faso et celui de la Pendjari au Bénin.
  • L’Union Européenne a financé le PAPE à hauteur de 14.354. 157 US $, soit 7 552 218 US$ (Janv. 2012-Déc. 2014) et 6 801 939 US$ (Déc. 2014-Sept. 2016) au profit des 3 pays couverts.
  • Environ 75 km de pistes aménagées dans les aires protégées du WAP du Burkina Faso.

Au niveau du Parc W, la piste centrale longue de 50 km a été réhabilitée à travers la réalisation de quatorze (14) radiers de divers types (Murettes avec tapis de moellons, radiers simples en béton, radiers en béton surélevé, radiers souples), ce qui permet d’améliorer l’accessibilité du parc en toutes saisons de l’année.

Techniquement, les radiers sont faits à partir de moellons avec un remblais en terre latéritique. Les bordures sont en béton armé et sont délimitées avec des plots peint en rouge et blanc pour la visibilité. Les ouvrages sont réalisés avec l’approche Haute Intensité de Main d’œuvre (HIMO) afin de favoriser l’accès aux AGR et aux emplois dans les aires protégées au profit des communautés locales.
En 2011, avant la mise en place du PAPE sur financement de l’Union Européenne et du PNUD, avec la contribution de l’Etat, les acteurs chargés de la gestion des aires protégées déploraient la situation de dégradation continue des pistes, nécessitant des entretiens consistants.

Il faut noter également qu’avant l’intervention du PAPE, aucune piste interne (à l’exception de la route nationale RN°19) n’avait fait l’objet d’aménagement permanent dans le parc d’Arly. Les interventions du PAPE qui permettront de pérenniser un minimum de réseau de pistes, constitue donc un des apports considérables au niveau des parcs car le PNUD à travers le PAPE a permis de pérenniser ce tronçon.

 


Au-delà des infrastructures, l’accompagnement du PNUD au Burkina Faso a porté également sur l’amélioration de la communication et de la sécurité au sein des parcs à travers un financement sur ressources propres, permettant ainsi de faire face à des préoccupations non prises en charge par l’Union Européenne.