Des bases vie et des postes avancés de surveillance pour lutter contre le braconnage dans les aires protégées

Le poste de surveillance de la Pendjari (Construction sur pilotis). Crédit Photo : PNUD Burkina Faso

La particularité des parcs nationaux est d’être soustrait à toute forme d’exploitation active et de bénéficier de mesures spécifiques de protection et d’aménagement, créant ainsi les conditions favorables à la quiétude des animaux. Dans ce contexte les distances de fuite des animaux sont très réduites permettant des observations de très près...

Le Programme d’Appui aux Parcs de l’Entente (PAPE) qui est un programme sous régional regroupant le Bénin, le Burkina Faso et le Niger. Il a pour objectif entre autres, de contribuer à la conservation de la diversité biologique et aux services écosystémiques du complexe WAP (Parcs du W, de l’Arly et de la Pendjari). Il s’agit d’assurer une gestion efficace de ces aires protégées à travers les investissements à l’intérieur des parcs (aménagements des points d’eau, aménagement du réseau de pistes, renforcement du dispositif de surveillance, lutte anti braconnage et suivi écologique).

Dans le cadre donc du renforcement du dispositif de surveillance, de la lutte anti-braconnage et du suivi écologique, il a été construit ou réhabilité au Burkina Faso quatre postes de surveillance, respectivement à Soanda, à la Pendjari, au PK27 et au PK57 et cinq bases vie à Saborga, Tougou, Kabougou, Kondio et Tapoa Djerma. Il a été également réalisé des portiques à Saborga et Tougou.

A retenir

  • Le complexe WAP est constitué par les parcs du W (Bénin, Burkina Faso et Niger), de l’Arly (Burkina Faso) et de la Pendjari (Bénin).
  • L’Union Européenne qui est le principal bailleur, en plus du PNUD, finance le PAPE à hauteur de 5 102 730 EUR, soit 6 801 939 US $ pour la présente phase du programme et pour les trois pays.

Au cours de cette seconde phase du PAPE, l’appui du PNUD est hautement apprécié car des dispositions et procédures spécifiques ont été prises pour permettre la mise à disposition diligente de fonds aux intervenants. Les différentes formations dispensées aux agents de terrain leurs ont permis de faire un suivi rapproché pour un meilleur encadrement de tous les acteurs pour atteindre les résultats attendus.

Monsieur Boureima Compaoré, Assistant des Eaux et Forêts, Chef de service des aménagements et valorisation de l’Unité de Gestion du Parc National d’Arly, bénéficiaire de ces infrastructures, apprécie positivement l’appui du PAPE. Il relève la diminution du braconnage et les efforts faits aussi bien sur le plan de l’aménagement, de l’équipement que organisationnel car selon lui : « il y a vingt (20) ans le parc était délaissé sans une organisation sérieuse. De nos jours, le changement est net et les installations sont bien conçues, la fréquentation du parc dans la quiétude est plus grande et l’accès est facile. »

Un poste de surveillance est un abri composé d’un bâtiment, d’une ou deux pièces et des toilettes extérieures permettant aux agents des Eaux Forêts d’assurer une présence régulière au niveau de certains zones stratégiques pour la protection.

Les bases vie sont composées de logements pour les forestiers (salon, deux chambres et des toilettes). Elles disposent également de toilettes extérieures, de bureaux administratifs bien aménagés avec des placards. Elles contribuent à améliorer les conditions de vie et de travail des agents sur le terrain.

Afin de minimiser les effets néfastes du stress hydrique récurrent sur la faune, 02 nouveaux forages et 05 anciens forages réhabilités ont été équipés de systèmes solaires assurant ainsi l’alimentation d’appoint des mares en eau de façon continue durant les périodes critiques. Ainsi, les mares sont remplies par ce système et permet l’abreuvement des animaux pendant la saison sèche.

De même, dans le cadre de la réduction du stress hydrique et l’alimentation des
L’impact des interventions du PAPE est déjà perceptible sur le terrain. Pour exemple, sur la base vie d’Arly, les animaux (singes, phacochères) côtoient les forestiers, les guides, les pisteurs et autres personnels essentiels de très près sans aucune crainte.

Au cours de la présente phase (déc. 2014 à sept. 2016), plus d’un milliard de francs CFA ont été injectés pour les investissements dans les deux parcs. Les administrations des aires protégées et les acteurs de terrain devront veiller à leur utilisation effective et efficiente, ainsi qu’à leur entretien approprié.
 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Burkina Faso 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe