La visite des marchés dans le Mouhoun

Visite de marchés
Le Représentant Résident visite les boutiques de rue à Tchériba dans le Mouhoun. Crédit PNUD

Dédougou est la capitale de la région de la Boucle du Mouhoun, une région qualifiée de pauvre mais qui regorge d’énormes potentialités grâce à une pluviométrie acceptable qui fait pousser les céréales, les fruits et les légumes, grâce aussi à ses cours d’eau poissonneux. C’est la région par excellence de la culture du coton ; c’est enfin une des régions qui abrite de nombreux projets et programmes qu’appuie le PNUD. Parmi ceux-ci on compte le projet ACRIC.

ACRIC c’est quoi ?

C’est le projet d’Appui aux Communes rurales et aux Initiatives Inter - Communautaires. C’est un projet qui se propose donc d’appuyer les communes rurales de la région de la Boucle du Mouhoun dans les domaines comme la maîtrise d’ouvrage communale, la promotion du développement économique local, la communication participative, l’appui à la planification et à l’éducation environnementale.  Que signifie tout cela dans un langage simple ? Que ACRIC appuie les communes à travers de la formation, de la sensibilisation des élus locaux pour la responsabilisation de la commune et des  populations sur leurs rôles et responsabilités dans la réalisation d’infrastructures marchandes, (l’aménagement des marchés et des boutiques). Il ya aussi la construction des salles de classes des collèges, des dispensaires et maternités, des parcs de vaccination, à travers la mise en œuvre d’un Fonds de Développement Local. Dans les communes rurales, ACRIC appuie les collectivités territoriales dans l’utilisation des méthodes efficaces de communication avec la population de façon à ce que leurs besoins soient exprimés sans crainte et que le maire et son équipe puissent y répondre objectivement. L’appui à la planification, exige que ACRIC, à travers une réflexion et une concertation anticipées, élabore la liste des besoins exprimés par les populations, les moyens à mettre en œuvre pour leur réalisation, la mobilisation de ces moyens, l’implication des uns et des autres pour construire et entretenir les infrastructures construites. En ce qui concerne l’éducation environnementale, ACRIC s’investit de façon permanente  dans la sensibilisation des communes rurales à la préservation des ressources naturelles et à l’éveil des consciences des jeunes en particulier à cette problématique combien importante dans le pays sahélien qu’est le nôtre.

A retenir

  • Dix sept (17) communes (des provinces des Balé et du Mouhoun) bénéficient des contributions du projet ACRIC sur un total de 47 communes de la région.
  • ACRIC a démarré ses activités en 2009 et travaille avec un budget global de 1 972 000 000FCFA sur une durée de 5 ans.
  • En 2012, une enquête de satisfaction a été menée dans la région : le Projet est bien apprécié des populations et des collectivités territoriales.

La visite des marchés

A Dédougou ACRIC a réalisé des boutiques sur différents sites. Aux abords du marché central, nous avons visité des boutiques dont vingt quatre (24) ont été construites par ACRIC. Ce sont des boutiques placées au bord d’une grande voie. Chaque boutique a été aménagée par son occupant. Les boutiquiers sont des jeunes très dynamiques. Un des jeunes interrogé entouré de ses voisins, exprime une grande satisfaction à travers des mots simples : « je bénéficie d’une grande boutique que j’ai aménagée à ma guise. Je vends des téléphones portables et accessoires. Les boutiques sont placées devant une grande voie, à côté du marché central. L’implantation est solide et j’en suis satisfait.» Un de ses voisins renchérit en disant à peu près la même chose.

En file indienne nous empruntons la nouvelle route goudronnée pour aller vers Ouagadougou et nous faisons l’escale de Tchériba. C’est une localité qui est située sur l’axe Dédougou/Ouagadougou et qui doit sa notoriété à ses potières qui présentent leurs objets au bord de la route : cendriers, vases, assiettes, plateaux de toutes les tailles en argile cuite sont exposés à ciel ouvert. Nous entrons dans le marché qui à 13h, bat son plein et allons visiter les boutiques construites par ACRIC. Nous traversons le centre du marché ou se vendent les condiments de toutes sortes. En l’espace de quelques minutes, nous constituons la curiosité du marché. Les boutiques construites par ACRIC à Tchériba sont au nombre de quarante huit (48) et abritent des marchandises diverses : sacs de céréales empilés, cartons de savon, bidons d’huile, vêtements multicolores, pâtes, vaisselle, pneumatiques, lampes, insecticides, etc. etc. Là encore les bénéficiaires sont contents de leurs boutiques : dimensions, emplacement, conditions fixées pour le paiement du loyer qui est à leur portée.

La visite à Tchériba a pris fin avec celle des salles de classes du CEG : ACRIC a complété la construction des salles de classes du Collège.

ACRIC est très sollicité par les communes rurales mais les besoins demeurent énormes face à des ressources insuffisantes. La construction des infrastructures se fait grâce à un effort financier du projet mais aussi à celui des communes rurales concernées.

En disant au revoir à nos collègues à la sortie du CEG, nous avons souhaité BON VENT à nos collègues de ACRIC !