Notre perspective

      • Amérique latine : les jeunes et les femmes manifestent 
pour une meilleure gouvernance démocratique

        28 avr. 2014

        image
        En Amérique latine, plus de 26 % de la population est âgée de 15 à 29 ans. ©PNUD Pérou

        Récemment, nous avons invité trois jeunes élues parlementaires d'Amérique latine et des Caraïbes à participer à une discussion tenue à Salamanque, en Espagne, sur la participation politique des jeunes et des femmes dans la région.  Sur les 600 millions de personnes vivant en Amérique latine et dans les Caraïbes, plus de 26% sont âgés de 15 à 29 ans. Ces données démographiques représentent une opportunité unique pour le développement du pays et pour la gouvernance future. Même si les femmes bénéficient d'un taux de représentation parlementaire atteignant les 25% - c'est davantage que la moyenne mondiale - en y regardant de plus prêt, on constate qu'elles sont encore à la traîne.  Notre récente étude, portant sur 25 parlements d'Amérique latine et des Caraïbes, tend à montrer que les jeunes, particulièrement ceux issus de familles africaines et autochtones, sont très peu représentés au sein des parlements régionaux. Au Parlement, seuls 2,7 % des hommes et 1,3 % des femmes sont âgés de moins de 30 ans. Les rapports régionaux sur le développement humain du PNUD montrent que les jeunes ont un énorme potentiel en tant qu'agents du changement. Mais malgré de remarquables progrès accomplis dans la région en matière de réduction de la pauvretéLire

      • Pour une plus grande tolérance de la diversité sexuelle au sein des services publics

        25 avr. 2014

        image
        Les communautés LGBT aspirent à davantage d'égalité dans leur prise en charge par les services de santé, d'éducation ou d'emploi des États. ©PNUD Colombie

        Ces dernières années, la société argentine a sensiblement amélioré sa politique en termes de droits civiques. Pourtant, les communautés LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) souffrent encore de la discrimination et de l’incompréhension des services publics. Le bureau du PNUD en Argentine a récemment mis sur pied le projet « Cliniques accueillantes pour la diversité sexuelle (CADS) » afin de fournir des soins médicaux aux LGBT dans le cadre des services de santé publique. Des organisations sociales, des programmes de lutte contre le VIH locaux et les services hospitaliers officiels s’occupent conjointement de la supervision de ces espaces. Ce projet consiste à monter une équipe sanitaire constituée à la fois d’employés de l’hôpital public et de membres d’organisations de la société civile (OSC) spécialisées dans la lutte contre le VIH/sida et pour la défense des droits sexuels. Ces dernières ont pour rôle d’informer les communautés LGBT de l’existence des CADS, de les encourager à s’y rendre régulièrement et de les accompagner le long de leur traitement. L’équipe sanitaire s’engage à fournir des soins médicaux, à assurer des activités de dépistage du VIH et autres MST (maladies sexuellement transmissibles), le suivi psychosocial ainsi que la prise de rendez-vous des patients.  Avant de concrétiserLire

      • Les maladies tropicales négligées, au cœur des défis sanitaires contemporains

        25 avr. 2014

        image
        Au Zimbabwe, une petite fille tient une pancarte qui stipule « Le paludisme tue ». ©PNUD Zimbabwe

        La tuberculose, le paludisme et les maladies tropicales négligées (MTN) figurent parmi les premières causes mondiales de morbidité et de mortalité. Ces maladies de la pauvreté sévissent essentiellement dans les communautés défavorisées et marquées par de fortes inégalités.  En 2012, la tuberculose a causé 1,3 millions de décès, dont 95% dans les pays à revenus faibles et intermédiaires. La même année, le paludisme a emporté plus de 600 000 personnes dont une grande majorité de jeunes africains. Bien qu’elles ne soient pas tout le temps mortelles, les infections tropicales peuvent entraîner l’altération de la cognition et de la mémoire, la malnutrition, la cécité, l’invalidité permanente ainsi que des retards de croissance, des dégradations d'organes et des défigurations. Le défi de l'innovation et de l'accessibilité Alors que les MTN représentent 11,4% des maladies existantes, l'investissement pour la mise au point de diagnostics, de médicaments et de vaccins reste particulièrement faible. Sur les 1 556 nouveaux médicaments homologués entre 1975 et 2004, seuls 1,3% sont réservés au traitement des maladies tropicales et de la tuberculose.  Malgré l'offre croissante des nouvelles technologies sanitaires, plusieurs pays à revenu faible et intermédiaire peinent à fournir ces produits à leurs patients. C’est pourquoi il est nécessaire de renforcer lesLire