Notre perspective

      • Ne tournons pas le dos à la région la plus violente du monde

        29 août 2011

        Même si l’époque des conflits civils est révolue en Amérique centrale, la région affiche toujours le taux d’homicides le plus élevé du monde : 44 pour 100 000 habitants, soit 11 fois la moyenne mondiale de 4 pour 100 000. Ceci veut dire plus de 18 000 meurtres en 2010 et 79 000 au cours des 6 dernières années. À la fin des années 1990, l’Amérique centrale a connu une consolidation démocratique accompagnée d’une croissance économique avec, il faut le reconnaître, des résultats mitigés. L’absence de guerre ouverte ne s’est pas pour autant traduite par un retour à la paix. Un effort international soutenu est aujourd’hui essentiel si nous voulons éviter une aggravation de la crise sécuritaire majeure dont souffre la région. Les citoyens ne se sentent pas en sécurité dans les rues, ni même dans leurs propres maisons. De leur côté, les pouvoirs publics sont confrontés au trafic de drogue, au kidnapping, au crime organisé, aux gangs, au trafic des armes et des êtres humains. Les coûts directs comprennent les pertes en vies humaines, l’invalidité, et le commerce illégal résultant des crimes contre la propriété. Les profondes inégalités sociales et le sous-emploi très élevé des jeunes forment la toile deLire

      • Sécheresse au Kenya: la crise actuelle requiert des solutions à long terme

        25 août 2011

        image
        Une somalienne porte un enfant sous-alimenté en attendant une aide médicale ONU Photo/Stuart Price

        Quelques minutes seulement après notre décollage de l'aéroport Wilson de Nairobi, le paysage commence à changer en dessous de nous, passant du vert luxuriant à un brun et jaune arides, et prend une apparence lunaire. Nous nous dirigeons vers les régions rurales sèches de Wajir et de Turkana, au nord du Kenya. Je suis accompagné de Josette Sheeran, Directrice exécutive du Programme alimentaire mondial (PAM), et de Jacques Diouf, Directeur général de l’Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Nous sommes partis recueillir le témoignage direct des personnes les plus touchées par la sécheresse et la famine aigües qui affectent la région. Le Kenya a été particulièrement touché par la crise, plus de 3,5 millions de ses habitants souffrent d'insécurité alimentaire. Un fermier rapporte que dans son village, proche de la frontière avec l'Éthiopie et la Somalie, il n'a pas plu depuis près de deux ans,  et qu'il n'y a eu aucune récolte depuis 2009. La plupart des familles et communautés à Wajir dépendent des chèvres et des bovins pour leur survie, mais avec la gravité et la durée de la sécheresse, leurs moyens de subsistance sont menacés. Les gens que nous rencontrons lors de notre tournée sont tenaces, leur bétail l’estLire

      • Objectifs du Millénaire pour le développement: les raisons d’un succès

        23 août 2011

        image
        Pêcheurs ramenant leur prise dans le Sud-Est du Vietnam. Photo: Tran Vinh Nghia/PNUD

        Plus que 1 520 jours pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), ces huit objectifs fixés en 2000 dans le but de créer de meilleures conditions de vie pour tous.  Les OMD ont fait l’objet de critiques lors de leur adoption…et c’est toujours le cas. D’aucuns les accusent de manquer d’ambition, d’autres les trouvent irréalistes. Beaucoup leur reprochent de ne pas prendre convenablement en considération les termes défavorables du commerce, de l’investissement et de la dette. Et il y a encore ceux qui déplorent un trop faible intérêt accordé à l’environnement et aux questions climatiques, ou le fait qu’il s’agit d’indicateurs de pauvreté isolés les uns des autres. Malgré toutes ces critiques – et le fait que nous ignorons encore si les buts fixés seront atteints partout dans le monde – nous pouvons, à mon avis, déjà déclarer que les OMD ont été un succès phénoménal à deux égards. Ils ont tout d’abord conduit une majorité de pays en développement à accorder une priorité accrue aux politiques centrées sur les gens : élimination de la faim, éducation pour tous, soins de santé de base, accès à l’eau potable. Les objectifs ont guidé les décisions budgétaires et l’élaboration desLire