Notre perspective

      • Le noble dessein de la traduction

        30 sept. 2014

        image
        Au Kosovo, une loi protège les droit des minorités à recevoir des services publics dans chacunes des langues officielles du pays. Photo: PNUD au Kosovo

        Le 30 septembre, le monde entier rend hommage aux traducteurs à l’occasion de la Saint Jérôme, un prêtre chrétien du IIIe siècle, saint patron des traducteurs, dont on dit qu’il a traduit la Bible en latin et fait éclore une intense activité intellectuelle. Cette journée, dont le thème est Les droits linguistiques, dimension essentielle des droits humains, offre une bonne occasion de méditer sur l’importance du multilinguisme en même temps que sur cette activité professionnelle. Comme il s’agit d’un travail spécialisé qui se déroule en coulisse, les traducteurs, interprètes et terminologues restent souvent dans l’ombre et leurs mérites sont trop peu reconnus. Pourtant, leur présence est essentielle pour les grandes organisations internationales, car elle rend possible la circulation des idées. Pierre de touche de la transparence, le multilinguisme a pour objectif principal de fournir la même information à tous, afin que chacun puisse prendre des décisions en connaissance de cause et se faire comprendre dans sa langue maternelle. Au PNUD, nous mettons à disposition des connaissances approfondies sur le développement durable, la réduction de la pauvreté et la prévention des crises. Celles-ci resteraient inaccessibles au grand public si nous ne disposions pas de traductions fiables dans nos langues de travail officiellesLire

      • Le développement durable «fait maison»

        25 sept. 2014

        image
        Des femmes participent à une formation en gestion d'entreprises appuyée par le PNUD au Bangladesh. Photo: PNUD Bangladesh

        Maintenant qu’une proposition reprenant les Objectifs de développement durable (ODD) a été soumise à tous les membres de l’Assemblée générale pour leur considération, beaucoup d’entre nous se posent la question suivante : et après ? Une fois que des ODD mondiaux auront été adoptés dans le courant de l’année prochaine, que pouvons-nous faire pour aider les États, les citoyens et le secteur privé afin que ces objectifs deviennent non plus une simple aspiration mais une réalité ? Dans le cadre de notre appui à l’innovation en faveur du développement, nous explorons de nouvelles approches : Micro-histoires et recherche qualitative pour en savoir plus sur des sujets complexes Les consultations  pour « Le monde que nous voulons » ont permis de dialoguer avec des gens qui d’habitude, ne participent pas aux débats sur les orientations politiques. C’est ainsi, par exemple, que des handicapés du Belarus ou des jeunes à risque au Kirghizistan ont pu faire part de leur expérience en racontant de courtes histoires. Ces données ont servi à plaider en faveur de politiques mieux adaptées à leurs besoins. Plateformes pour encourager la participation civique et l’entrepreneuriat chez les jeunes En Albanie, un portail en ligne aide les jeunes entrepreneurs à passer de la présentation de leur produitLire

      • L'Amérique latine à l'heure du changement climatique et de l'énergie propre

        22 sept. 2014

        image
        En Amérique latine, la demande en électricité devrait doubler d'ici 2030 et la part d'énergie fossile a augmenté de façon considérable au cours des 10 dernières années. 

        Le Sommet sur le changement climatique de l'Assemblée générale de l'ONU constitue, pour les leaders mondiaux présents, l'occasion rêvée d'agir. En plus de mobiliser les volontés politiques et promouvoir des solutions au changement climatique, ils auront aussi à relever le défi de l'accès à l'énergie durable, essentiel pour sécuriser et renforcer les acquis sociaux, économiques et environnementaux. Pour l'Amérique latine et les Caraïbes, l'enjeu est des plus importants. Si sa part des émissions mondiales de gaz à effet de serre est relativement faible - 12 pour cent d'après les statistiques de l'ONU - la région n'en sera pas moins l’une des plus vulnérables aux pics de température .  Et de nouveaux défis attendent la région. La demande en électricité devrait doubler d'ici 2030 et, malgré une production d'énergie hydroélectrique de près de 60 pour cent, la part d'énergie fossile, essentiellement du gaz naturel, a augmenté de façon considérable au cours des 10 dernières années.  C'est le moment pour les gouvernements et le secteur privé d'investir dans les énergies durables alternatives, non seulement pour encourager la croissance tout en réduisant les émissions de carbone, mais aussi pour garantir l'accès à l'énergie propre à près de 24 millions de citoyens qui vivent encoreLire