Notre perspective

      • La transparence, ou la voie de l’ouverture

        08 oct. 2014

        image
        Le portail open.undp.org publie des données sur plus de 6 000 de ses projets de développement dans 177 pays et territoires

        Gouvernements et institutions publiques telles que les Nations Unies se voient confier d'énormes sommes d’argent provenant des fonds publics. Il est de notre devoir de travailler de manière transparente, afin d’apporter la preuve que nous faisons bien ce que nous sommes censés faire. Le fait de travailler de manière ouverte va bien au-delà de la lutte contre la corruption, c’est la base même d’organisations réactives et engagées. De plus, une véritable transparence permet au public d'influer sur notre travail et de profiter de la « sagesse populaire ». La transparence améliore l'efficacité, renforce la confiance et stimule l'innovation. L'Initiative internationale pour la transparence de l'aide crée davantage d’ouverture quant aux 200 milliards de dollars que représente le secteur du développement international. Elle apporte aux pays pauvres les informations dont ils ont besoin pour mieux gérer l'aide extérieure, et permet aux gouvernements donateurs et à leurs contribuables de mieux comprendre comment leur argent est utilisé. Lancé avec l’aide du PNUD, cet effort de libre accès aux données est doté de normes mondiales s’appliquant à plusieurs milliards en fonds publics. Nous soutenons cet effort avec nos pays partenaires et d'autres agences des Nations Unies, mais nous exigeons également de nous-mêmes ce que nous  Lire

      • Les pays riches appuient-ils suffisamment le développement ?

        07 oct. 2014

        image
        Mineurs en République démocratique du Congo. Le secteur minier est caractérisé par des conditions de travail extrêmement dures, peu de respect pour la sécurité, la santé et l'environnement. Photo: Benoit Alméras-Martino / PNUD RDC

        Nous savons tous que de nombreux facteurs influent sur les progrès d’un pays en matière de réduction de la pauvreté et de développement. Politiques et institutions nationales sont probablement les plus importants, mais également les politiques et actions menées par d’autres pays – notamment les pays riches et puissants. C’est dans cette optique que l’Objectif du Millénaire pour le développement (OMD) 8 a été élaboré. Il évalue les efforts déployés par la communauté internationale pour accroître l’aide au développement, annuler la dette des pays les plus pauvres, rendre le commerce international plus équitable et assurer un accès à des médicaments abordables. Ces mesures sont tout aussi importantes que celles que les gouvernements des pays en développement peuvent prendre au niveau national pour « améliorer leur situation ». Chaque année, l’ONU surveille les progrès réalisés par les pays riches à cet égard, et a récemment publié son dernier rapport de synthèse. Le  PNUD s’associe à cet effort de suivi annuel. Alors, quel est le verdict ? Les pays riches tiennent-ils leurs engagements en matière d’OMD ? En matière d’aide publique au développement (APD), le rapport indique que, malgré une augmentation l’année dernière, il manquait encore 180 milliards de dollars. L’APD est par ailleurs largement  Lire

      • Etat de droit : la clé du ‘cercle vertueux’

        07 oct. 2014

        image
        Académie de police en Somalie, au cours d'une formation sur l'investigation criminelle. Photo: ONUSOM

        L’état de droit est-il important pour le développement ?  Quel rôle devrait-il jouer dans le programme pour l’après-2015 ?  Cette question est importante, et au PNUD, nous plaidons constamment en faveur d’un meilleur accès à la justice. Mais comment faire pour accorder la priorité à ces questions quand les buts des objectifs de développement durable se font concurrence ? Et comment faire pour que les gouvernements y consacrent à la fois budget et volonté politique ? Il faut d’abord prouver qu’il ne peut y avoir de développement humain sans. Il nous reste encore beaucoup à faire pour convaincre. Il est souvent avancé que les pays ne peuvent pas attirer les investissements étrangers dont ils ont besoin pour leur croissance s’il n’y a pas d’état de droit solide ni de garantie des droits de propriété. Mais les données empiriques qui pourraient confirmer ce raisonnement sont plutôt minces. Il semble que l’essor économique des tigres asiatiques ait commencé bien avant l’établissement de l’état de droit dans ces pays, la Chine et le Vietnam étant les exemples les plus récents. De plus, ce raisonnement ne permet pas de comprendre que c’est l’état de droit qui améliorera la situation des plus pauvres et des plus vulnérables, ceux  Lire

      • Le noble dessein de la traduction

        30 sept. 2014

        image
        Au Kosovo, une loi protège les droit des minorités à recevoir des services publics dans chacunes des langues officielles du pays. Photo: PNUD au Kosovo

        Le 30 septembre, le monde entier rend hommage aux traducteurs à l’occasion de la Saint Jérôme, un prêtre chrétien du IIIe siècle, saint patron des traducteurs, dont on dit qu’il a traduit la Bible en latin et fait éclore une intense activité intellectuelle. Cette journée, dont le thème est Les droits linguistiques, dimension essentielle des droits humains, offre une bonne occasion de méditer sur l’importance du multilinguisme en même temps que sur cette activité professionnelle. Comme il s’agit d’un travail spécialisé qui se déroule en coulisse, les traducteurs, interprètes et terminologues restent souvent dans l’ombre et leurs mérites sont trop peu reconnus. Pourtant, leur présence est essentielle pour les grandes organisations internationales, car elle rend possible la circulation des idées. Pierre de touche de la transparence, le multilinguisme a pour objectif principal de fournir la même information à tous, afin que chacun puisse prendre des décisions en connaissance de cause et se faire comprendre dans sa langue maternelle. Au PNUD, nous mettons à disposition des connaissances approfondies sur le développement durable, la réduction de la pauvreté et la prévention des crises. Celles-ci resteraient inaccessibles au grand public si nous ne disposions pas de traductions fiables dans nos langues de travail officielles  Lire

      • Le développement durable «fait maison»

        25 sept. 2014

        image
        Des femmes participent à une formation en gestion d'entreprises appuyée par le PNUD au Bangladesh. Photo: PNUD Bangladesh

        Maintenant qu’une proposition reprenant les Objectifs de développement durable (ODD) a été soumise à tous les membres de l’Assemblée générale pour leur considération, beaucoup d’entre nous se posent la question suivante : et après ? Une fois que des ODD mondiaux auront été adoptés dans le courant de l’année prochaine, que pouvons-nous faire pour aider les États, les citoyens et le secteur privé afin que ces objectifs deviennent non plus une simple aspiration mais une réalité ? Dans le cadre de notre appui à l’innovation en faveur du développement, nous explorons de nouvelles approches : Micro-histoires et recherche qualitative pour en savoir plus sur des sujets complexes Les consultations  pour « Le monde que nous voulons » ont permis de dialoguer avec des gens qui d’habitude, ne participent pas aux débats sur les orientations politiques. C’est ainsi, par exemple, que des handicapés du Belarus ou des jeunes à risque au Kirghizistan ont pu faire part de leur expérience en racontant de courtes histoires. Ces données ont servi à plaider en faveur de politiques mieux adaptées à leurs besoins. Plateformes pour encourager la participation civique et l’entrepreneuriat chez les jeunes En Albanie, un portail en ligne aide les jeunes entrepreneurs à passer de la présentation de leur produit  Lire

      • L'Amérique latine à l'heure du changement climatique et de l'énergie propre

        22 sept. 2014

        image
        En Amérique latine, la demande en électricité devrait doubler d'ici 2030 et la part d'énergie fossile a augmenté de façon considérable au cours des 10 dernières années. 

        Le Sommet sur le changement climatique de l'Assemblée générale de l'ONU constitue, pour les leaders mondiaux présents, l'occasion rêvée d'agir. En plus de mobiliser les volontés politiques et promouvoir des solutions au changement climatique, ils auront aussi à relever le défi de l'accès à l'énergie durable, essentiel pour sécuriser et renforcer les acquis sociaux, économiques et environnementaux. Pour l'Amérique latine et les Caraïbes, l'enjeu est des plus importants. Si sa part des émissions mondiales de gaz à effet de serre est relativement faible - 12 pour cent d'après les statistiques de l'ONU - la région n'en sera pas moins l’une des plus vulnérables aux pics de température .  Et de nouveaux défis attendent la région. La demande en électricité devrait doubler d'ici 2030 et, malgré une production d'énergie hydroélectrique de près de 60 pour cent, la part d'énergie fossile, essentiellement du gaz naturel, a augmenté de façon considérable au cours des 10 dernières années.  C'est le moment pour les gouvernements et le secteur privé d'investir dans les énergies durables alternatives, non seulement pour encourager la croissance tout en réduisant les émissions de carbone, mais aussi pour garantir l'accès à l'énergie propre à près de 24 millions de citoyens qui vivent encore  Lire

      • L’océan est en train d’emporter mon île

        22 sept. 2014

        image

        Je suis née dans les Îles Carteret, un groupe de six atolls au large de la côte nord-est de l’île de Bougainville, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Plus de deux mille sept cent personnes vivent sur ces atolls. Les femmes y sont les gardiennes traditionnelles des terres. Ma grand-mère a légué notre petite île à ma mère qui me l’a léguée à son tour. Je ne pourrai jamais la léguer à ma fille car son héritage aura disparu d’ici là.  Je ne connais pas grand-chose à la science. Mais je sais que nos côtes sont en train de disparaître et que rien ne peut prévenir cette érosion.  La chose la plus difficile que j’ai eu à faire dans ma vie a été de dire à ma famille et à mes amis que nous devions partir de chez nous. Nous sommes des réfugiés climatiques. Et nous sommes en train de lutter pour nos vies.   La meilleure solution pour nous est d’accepter les 71 hectares de terres sur l’île de Bougainville qui nous ont généreusement été donnés. Un lopin d’un hectare a été donné aux sept familles qui ont déjà été réimplantées.  Les enfants y jouent pieds nus au rugby. Les  adultes travaillent la terre.  Lire

      • Le Bhoutan vit toujours sous la menace du débordement d’un lac glaciaire

        19 sept. 2014

        image
        L'équipe de production du documentaire "La Fonte de l’Himalaya". ©PNUD Asie-Pacifique

        Au Bhoutan, à environ 5 000 mètres au-dessus du niveau de la mer, l’eau de fonte dévale des glaciers pour former certains des plus grands fleuves du monde et fournir de l’eau douce et de l’électricité à près de 1,3 million d’habitants à travers l’Himalaya.  Mais la fonte des glaciers, qui s’accélère en raison du changement climatique, fragilise une économie fondée essentiellement sur la production d’hydro-électricité et menace aussi de nombreuses vies. L’eau peut s’accumuler sur les glaciers pour former des lacs instables qui rompent leurs barrières naturelles lorsque leur poids devient excessif. S’en échappe alors un énorme volume d’eau, de roches et de boue qui peut provoquer des dégâts considérables dans les vallées en contrebas. De 2008 à 2013, les pouvoirs publics, avec notre appui et l’assistance financière du Fonds pour les pays les moins avancés, du gouvernement autrichien et du World Wildlife Fund, ont réussi à faire baisser le niveau du lac glaciaire Thorthomi, considéré comme l’un des plus dangereux du pays. Des Bhoutanais, hommes et femmes, ont entrepris de grimper jusqu’à 4 500 mètres d’altitude pour procéder à l’excavation de la moraine et des roches dans une eau glaciale, un travail pénible contrastant cruellement avec la beauté des  Lire

      • Des femmes sont encore stérilisées de force. Mettons fin à cette pratique !

        08 sept. 2014

        image
        Une maman et son bébé nouveau-né à l'Institut de formation en santé maternelle et infantile à Dhaka, Bangladesh. Photo: Kibae Parc / ONU

        Même si la stérilisation volontaire constitue une forme non négligeable de contraception dans de nombreuses régions du monde, la force ou la coercition ne devraient jamais entrer dans l’équation. Or, on continue de recenser des cas où des femmes, des personnes handicapées ou vivant avec le VIH, des membres de communautés autochtones ou de minorités ethniques, des transgenres ou des intersexes sont stérilisés sans avoir accordé leur consentement libre, entier et éclairé. Notre rapport, « Protéger les droits des femmes et filles affectées par le VIH en milieu sanitaire » met en lumière la persistance de cette pratique, de même que toute une série d’autres formes de maltraitance grave. Non seulement ces pratiques sont discriminatoires, mais elles constituent une violation des droits humains fondamentaux. Comme la Commission mondiale sur le VIH et le droit l’a rapporté en 2012, des pratiques coercitives et discriminatoires sévissent dans les milieux sanitaires, comme le dépistage obligatoire du VIH, la divulgation d’informations confidentielles et le refus de prester des services sanitaires, ainsi que les stérilisations ou avortements forcés. La stérilisation volontaire dépend d’un environnement juridique, social et sanitaire qui garantit à chacun le droit de donner son consentement entier, libre et éclairé. C’est pourquoi les pays doivent interdire  Lire

      • OMD : les petits États insulaires en développement s’impatientent | Gonzalo Pizarro

        26 août 2014

        image
        La République dominicaine s'employe à atténuer les risques de catastrophes. Photo: R. D. Emiliano Larizza pour le PNUD

        Les petits États insulaires en développement (PEID) continuent de faire face à des défis majeurs pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) : croissance lente, chômage élevé, population vieillissante, fuite des cerveaux, dettes élevées, capacités de transport limitées et exposition extrême aux effets des changements climatiques. Prenons l’exemple de Saint Martin, une petite île dans les Antilles néerlandaises, qui reçoit chaque semaine plus de touristes débarquant de bateaux de croisière qu’elle n’a d’habitants. Saint Martin dépend beaucoup du tourisme pour la sauvegarde et la protection de son environnement naturel. L’industrie touristique, principalement centrée sur la plongée de récifs et la pêche, représente 80 % du PIB de l’île.   L’attention du monde en développement est actuellement tournée vers le programme pour l’après-2015 et la proposition en faveur des nouveaux objectifs mondiaux, les Objectifs de développement durables (ODD), qui seront présentés en septembre à l’Assemblée Générale de l’ONU.  Ce nouvel ordre du jour repose sur la conviction que le développement ne peut se réaliser que si les dimensions sociales, économiques et environnementales sont prises en compte. Mais pour Saint Martin, le développement durable ne peut pas attendre les négociations de l’ONU.  Les initiatives relatives à la réduction de la  Lire