Notre perspective

      • Les maladies tropicales négligées, au cœur des défis sanitaires contemporains

        25 avr. 2014

        image
        Au Zimbabwe, une petite fille tient une pancarte qui stipule « Le paludisme tue ». ©PNUD Zimbabwe

        La tuberculose, le paludisme et les maladies tropicales négligées (MTN) figurent parmi les premières causes mondiales de morbidité et de mortalité. Ces maladies de la pauvreté sévissent essentiellement dans les communautés défavorisées et marquées par de fortes inégalités.  En 2012, la tuberculose a causé 1,3 millions de décès, dont 95% dans les pays à revenus faibles et intermédiaires. La même année, le paludisme a emporté plus de 600 000 personnes dont une grande majorité de jeunes africains. Bien qu’elles ne soient pas tout le temps mortelles, les infections tropicales peuvent entraîner l’altération de la cognition et de la mémoire, la malnutrition, la cécité, l’invalidité permanente ainsi que des retards de croissance, des dégradations d'organes et des défigurations. Le défi de l'innovation et de l'accessibilité Alors que les MTN représentent 11,4% des maladies existantes, l'investissement pour la mise au point de diagnostics, de médicaments et de vaccins reste particulièrement faible. Sur les 1 556 nouveaux médicaments homologués entre 1975 et 2004, seuls 1,3% sont réservés au traitement des maladies tropicales et de la tuberculose.  Malgré l'offre croissante des nouvelles technologies sanitaires, plusieurs pays à revenu faible et intermédiaire peinent à fournir ces produits à leurs patients. C’est pourquoi il est nécessaire de renforcer lesLire

      • Lutter contre la corruption et assurer l’équité en milieu urbain

        24 avr. 2014

        image
        Medellín, Colombie. (©ONU-Habitat)

        De nos jours, la majorité de la population mondiale vit en ville. Cette situation est à la fois problématique et riche en opportunités. D’une part, les villes dotées d’une bonne gestion génèrent une croissance et des innovations importantes. Elles sont également en mesure de développer le secteur de l’emploi, de renforcer le développement durable et de combattre les inégalités. En revanche, les villes touchées par la corruption aggravent les inégalités urbaines.   Comment pouvons-nous dès lors nous assurer de la transparence de la gouvernance urbaine ?   Afin de répondre à cette problématique, l’Initiative mondiale anti-corruption du PNUD, le bureau du PNUD en Colombie et la chambre de commerce de Bogota ont organisé un dialogue politique lors du 7ème Forum urbain mondial (WUF7) dans la ville de Medellín, en Colombie. Cette manifestation s’est tenue dans une Maloca (grande maison qui sert traditionnellement de mairie aux indigènes de l’Amazone) et a réuni plusieurs représentants du gouvernement, du secteur privé, des maires, des universitaires ainsi que des représentants de l’ONU. Un des grands axes du dialogue était que « la fin ne doit pas justifier les moyens ». Tant que la corruption règnera, l’objectif de développement durable des villes ne pourra être atteint. La corruption urbaineLire

      • L'inégalité à la croisée des chemins

        22 avr. 2014

        image
        Agriculture durable à Apúrimac, au Pérou. ©PNUD Pérou

        L’Amérique latine a connu une baisse des inégalités lors de des dix dernières années mais de nouvelles données montrent que la tendance est aujourd’hui à la stagnation. La concentration des revenus est même en hausse dans certains pays. C’est en effet ce que révèle la dernière révision des données sur les ménages, selon la base de données socio-économiques pour l'Amérique latine et les Caraïbes (SEDLAC) publiée par la Banque mondiale. Si le coefficient de Gini (l'indice le plus couramment utilisé pour mesurer l'inégalité des revenus) a diminué en moyenne de 0,94 % par an dans la région, ce pourcentage est tombé à 0,33 % en 2011, puis à 0,02 % en 2012. Sur la base de ces données, les estimations du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) montrent que l'inégalité a stagné entre 2010 et 2012 dans six des seize pays analysés. Comment expliquer un tel blocage ? En l’absence de changements significatifs en matière de transferts sociaux et de retraites au cours de cette période, le marché du travail apparaît comme responsable, en particulier à les travailleurs peu qualifiés du secteur tertiaires qui a généré la majorité des emplois lors du boom économique. La croissance des revenus représente un avantage pourLire