Consolidation de la Gouvernance Environnementale Locale (COGEL)

Introduction


Un site d'orpaillage. Crédit PNUD

 Le Code Général des Collectivités adopté en décembre 2004 et révisé en 2006 consacre le droit des collectivités territoriales (régions et communes) à s’administrer librement et à gérer des affaires propres en vue de promouvoir le développement à la base et de renforcer la gouvernance locale.  Dans un contexte de changement climatique, le succès du transfert prévu de compétences aux collectivités dépendra de la capacité de l’Etat Local à  assumer ses nouvelles prérogatives tout en renforçant les acquis et intérêts des communautés qui ont déjà établi des mécanismes efficaces de gestion des ressources naturelles. L’approfondissement de la décentralisation passera en outre par le renforcement des mécanismes de financement (y compris les réformes fiscales), le développement des capacités des services déconcentrés de l’Etat et des prestataires privés à assurer un appui-conseil efficace et le renforcement des capacités de la société civile à influer les orientations de développement local.  Sans un accompagnement adéquat des collectivités territoriales, la faible efficacité de la gouvernance de l’environnement et la prise en compte insuffisante des défis et opportunités des changements climatiques limitera considérablement l’atteinte des OMD. Le Projet de Consolidation de la Gouvernance Environnementale Locale a été ainsi conçu pour renforcer au sein des collectivités territoriales, les capacités des acteurs publics et privés à gérer efficacement les risques et les opportunités liés aux changements dans la perspective de la croissance accélérée et de la réduction de la pauvreté. Le projet qui intervient dans les régions du centre-nord, de l’est et de la Boucle du Mouhoun bénéficie du soutien financier de Austrian Devlopment Agency.

Ce que nous avons accompli à ce jour

Le projet a soutenu d’importants processus au niveau national qui ont abouti à la validation du rapport national sur le développement durable dans le cadre de la préparation de la Conférence de Rio+20, l’adoption en conseil des ministres de la politique nationale sur le développement durable, la validation du Rapport sur l’état de l’environnement au Burkina Faso.

En niveau des collectivités territoriales, 480 exemplaires de textes et lois en matière de GRN sont édités. Les cartes d’occupation des sols des quatre communes de concentration du projet sont disponibles. Un fascicule sur la prise en compte des mesures de durabilité dans les plans locaux de développement a été élaboré en vue d’orienter la prise en compte des thèmes émergents au cours de la révision des guides méthodologiques de planification locale.

En partenariat avec Global Gender Climate Alliance Programme, les acteurs des régions du centre-nord et de l’est ont  été formés pour la prise en compte du genre et des changements climatiques dans la planification locale. Les acteurs de ces deux régions ont également bénéficié de formations sur la trousse à outils TOP-SECAC afin de renforcer les capacités à rendre les plans locaux de développement et les projets d’adaptation résilients au changement climatique. En partenariat avec le Programme National de Biodigesteurs, 120 ménages ont bénéficié de l’installation de biodigesteurs qui fournissent l’énergie de substitution au bois-énergie, l’éclairage pour les écoliers et le compost pour les champs.

En partenariat le Secrétariat Général de la Convention de Ramsar le projet a accompagné un processus de dialogue social pour l’amélioration de la gestion des zones humides par les collectivités territoriale. Ce processus a permis:

- d’interagir avec les élus locaux, les chefs traditionnels et les populations afin de documenter leurs connaissances et leurs engagements pour l’utilisation rationnelle des ressources des zones humides ;

- d’observer les caractéristiques écologiques du lac Dem (Site Ramsar n° 1882), des Zones Humides de Tougouri, de Yalgo et de Malou et du bassin du Nakambé ;

- de lancer la préparation et le remplissage des Fiches Descriptives Ramsar des Zones Humides de Tougouri, de Yalgo et de Malou et du bassin du Nakambé, Sites Ramsar potentiels ;

- de mobiliser les forces vives pour la journée d’information des élus nationaux et locaux originaires de la région du Centre-nord sur les enjeux et la nécessité de réhabiliter les Zones Humides ;

- d’appuyer l’élaboration de la charte locale de la gestion concertée du lac Dem.

13 relais locaux du Réseau des Journalistes sur les Changements Climatiques ont été formés pour assurer la communication de proximité autour des actions engagées au sein des collectivités territoriales.

Financement du projet



2011

 Donateurs ou TRAC

 94 500

2012

 Donateurs ou TRAC

 788,797

2013

Donateurs

 1500000

Décaissements

Année

Montant

 2011

 91,837

2012

 708,928.47

2013

 529317 au 30 septembre

Vue d'ensemble du projet
Statut
Actif
Date de début
2011
Date de fin
2015
Zone d'intervention
Régions du Centre-nord, de l'Est et de la Boucle du Mouhoun
Domaine prioritaire
Réduction de la pauvreté
OMD
Assurer un environnement durable
Responsable du projet
Alexis Kaboré
Partenaires
ADA, Conseils Régionaux, SP/CONEDD, Secrétariat Convention de Ramsar
Télécharger ce document
  • Fiche du projet "Consolidation de la Gouvernance Environnementale et Locale (COGEL) Français