6 Réduire la mortalité infantile

Où en sommes-nous ?

Enfants en bonne santé
Enfants en bonne santé prêts pour l'école. Crédit Giacomo/PNUD

Au Burkina Faso, la mesure des efforts du Gouvernement et de ses partenaires à réduire la mortablité infanto-juvénile est réalisée entre autre au moyen des indicateurs ci-après :

1. Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans,

2. Taux de mortalité et,

3. Proportion d’enfants d’1 an vaccinés contre la rougeole infantile

Selon les données de l’EDS, 1990, 2009 et  2010, le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans a diminué de 204,5 pour mille en 1993 à 129 pour mille en 2010 en passant par 142 pour mille en 2006 soit un gain de  75,5 points.

Pendant la même période, le taux de mortalité infantile a progressivement diminué de 107,6 pour mille en 1990 à 65 pour mille en 2010 en passant par 91,77 pour mille en 2006 soit un gain de 42,6 points. Les résultats des  efforts de vaccination, contre la rougeole visant à prévenir la maladie cible chez les enfants de d’un an, ont aussi été ascendants  pendant la même période  allant de 49,3% en 1990 pour plafonner à  99,26% en 2010 en passant par 97,6% en 2008 ; soit un gain de points de 49,96.

Si les efforts de préventions à travers la vaccination ont été des plus effectifs, les taux de mortalités restent encore élevés et seraient dû au paludisme et aux infections néonatales notamment chez les nouveaux nés. Des efforts soutenus restent encore à faires dans ces domaines.

1.44 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. Réduire de deux tiers, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans
    • La mortalité infantile est en baisse, mais pas assez pour atteindre la cible.
    • Raviver les efforts pour lutter contre la pneumonie et la diarrhée, tout en améliorant la nutrition, pourrait sauver des millions d’enfants.
    • Des succès récents dans le contrôle de la rougeole risquent d’être de courte durée si les fonds continuent à manquer.