6 Promouvoir l’égalité des sexes

Où en sommes-nous ?

Alphabétisation des femmes
Cette femme s'instruit dans le but de bien mener ses activités. Crédit Giacomo/PNUD

L’égalité des sexes et la promotion des femmes au Burkina Faso sont évaluées à travers la parité filles/garçons au primaire et la proportion de femmes siégeant au parlement.

Le rapport filles/garçons traduit l’égalité des sexes au niveau de l’éducation primaire, la situation est d’autant plus équitable que le ratio tend vers l’unité (1). Au Burkina Faso le ratio de parité a passé de 0,62% en 1990 à 0,98% en 2012 en passant par 0,88% en 2009 soit un gain de 0,36 points de ratio

Au niveau du Parlement national, la proportion des sièges occupés par les femmes a passé de 3% en 1992 à 18,9% en 2012 en passant par 12,7% en 2009 soit un gain de 15,9% de pourcentage.

Ces évolutions positives indiquent que des efforts considérables ont été accomplis par le Gouvernement et ses partenaires en matière d’égalité des sexes et d’autonomisation des femmes ; cependant au regard du fait que les femmes représentent environ 51% de la population, des efforts restent à faire.

Nos histoires

1.17 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. Éliminer les disparités entre les sexes dans les enseignements primaire et secondaire d’ici à 2005, si possible, et à tous les niveaux de l’enseignement en 2015 au plus tard
    • Dans certaines régions, le droit à l’éducation reste hors de portée.
    • La pauvreté est un obstacle majeur à l’éducation, surtout parmi les fi lles plus âgées.
    • Dans toutes les régions en développement, CEI exceptée, les hommes sont plus nombreux que les femmes à avoir un emploi rémunéré.
    • Les femmes sont largement reléguées dans des formes d’emploi plus précaires.
    • Les femmes sont surreprésentées dans le secteur informel, avec son absence de sécurité et d’avantages sociaux.
    • Les emplois de haut niveau sont encore majoritairement réservés aux hommes.