6 Assurer l’éducation primaire pour tous

Où en sommes-nous ?

Un écolier avec son ardoise
Un écolier du primaire dans la région du Mouhoun. Crédit Giacomo/PNUD

Globalement les efforts du Gouvernement et de ses partenaires au niveau de l’offre éducative primaire, ont porté fruit depuis 1990, avec un taux brut de scolarisation qui s’est amélioré de façon soutenue de 30% en 1990 à 81,3% en 2012 en passant par 72,4% en 2008 soit  51,3 points de pourcentage de gain.

Dans la même période, le taux net de scolarisation toujours au primaire est passé de 33,7% en 1990 à ­63,2% en 2012 en passant par 57,9% en 2008 soit un gain de 29,7 point de pourcentage.

Il est à noter que les progrès enregistrés, au plan des effectifs enrôlés, se sont accompagnés d’une amélioration de l’efficacité du système d’enseignement au primaire à travers une performance soutenue au niveau de la proportion d’écoliers ayant commencé la première année d’études primaires et qui terminent l’école primaire ; ce taux a progressé de 23,7% en 1990  à 59,5% en 2012 en passant par 41,7% en 2008 soit un gain de 35,8 points de pourcentage. En dépit des progrès notés, le niveau des résultats reste faible au regard des tendances d’enrôlement ; la proportion des déperditions scolaires reste élevée en raison des échecs et ou des abandons.

Parallèlement au  système conventionnel d’éducation, le Gouvernement et ses partenaires ont déployé des efforts considérables au niveau de l’alphabétisation des 15 à 24 ans dont le taux a passé de 15% en 1990  pour atteindre  39,3% en 2008 soit un gain de 15,3 points de pourcentage. Les proportions catégorielles de 46,9% et 32,9% respectivement pour les garçons et les filles en 2012 indiquent une amélioration soutenue du taux d’alphabétisation des 15 à 24 ans. Ces efforts encourageants ne doivent pas cependant cacher l’étendue des efforts à déployer car environ 70% des 15 à 24 ans du pays qui sont analphabètes.

Nos histoires

1.17 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. D’ici à 2015, donner à tous les enfants, garçons et filles, partout dans le monde, les moyens d’achever un cycle complet d’études primaires
    • L’espoir pour une éducation universelle d’ici 2015 diminue, malgré le fait que beaucoup de pays pauvres font des progrès énormes.
    • L’Afrique subsaharienne et l’Asie du Sud abritent la grande majorité des enfants non scolarisés.
    • Les inégalités freinent les avancées vers l’éducation universelle.